Saint-Antonin : un colloque qui fera date

photo DDM
photo DDM

La salle des Congrès de la mairie de Saint-Antonin était pleine, vendredi 22 juillet, pour accueillir ce colloque du 400è anniversaire du siège de Louis XIII, organisé par la Société des Amis du Vieux Saint-Antonin avec l’aide du professeur Amalric.

 

 

 

Ecoutez les interventions des conférenciers…

On connaît ce siège de 1622, les exploits des défenseurs, la férocité des vainqueurs, on en parle encore à Saint-Antonin. Des livres récents nous le racontent, ceux de Michel Ferrer ou de Jean-Baptiste Fol.

100_0386copie
100_0394copie
100_0396copie
100_0361-copie
100_0384copie
100_0389copie
100_0355copie
100_0356copie
100_0372copie
100_0354copie
100_0360copie
100_0361copie
100_0359copie
100_0362copie
100_0383copie
100_0382copie
100_0358copie
100_0379copie
100_0357copie
100_0390copie
100_0375copie
100_0393copie
100_0391copie
100_0387copie
100_0385copie
100_0369copie
100_0380copie
100_0377copie
100_0392copie
100_0374copie
100_0395copie
100_0373copie
previous arrow
next arrow
Shadow

Mais comment ce passé lointain pèse encore sur notre présent, on ne sait trop le dire : pourquoi Saint-Antonin était devenu une “République protestante” ? A quoi avaient tourné les “guerres de religion” au tournant du 17è siècle, en France comme dans toute l’Europe : “guerres de voisins” au 16è, devenues guerres de partis, bientôt guerres d’Etats-nations dans l’Europe du traité de Westphalie.
Comment a fonctionné ensuite la coexistence entre vainqueurs et vaincus , la mémoire et l’oubli des violences et des traumatismes ? Qu’en a-t-il été de la commémoration ? Toutes ces questions ont été abordées et débattues, dans un ordre savamment réglé, à partir des communications de deux grands universitaires venus de Lyon, représentatifs d’une recherche historique très vivante, Yves KRUMENACKER sur le contexte européen (“les protestants sur la défensive”), de Pierre-Jean SOURIAC sur “les Huguenots face à la Couronne” après l’édit de Nantes ; puis celles de nos sociétés savantes, par Georges PASSERAT, président de la SAHTG (sur le sens du massacre de Nègrepelisse), par Guy ASTOUL, président de la SNERP (sur l’enjeu stratégique que pouvait représenter la place de Saint-Antonin). Jean-Pierre AMALRIC pouvait alors conclure en dégageant le sens et la portée de cette campagne de Louis XIII dans l’avènement de la Monarchie face aux protestants du. Midi de la France.


 Un colloque peut-être insuffisamment annoncé

La SAVSA devrait publier rapidement les actes de ce colloque.

 2,004 total,  2 aujourd'hui

Related posts