Présentation du colloque : 400e anniversaire des sièges de Saint-Antonin et de Nègrepelisse.

Après l’échec essuyé en 1621 devant Montauban, Louis XIII a passé l’hiver à ruminer sa revanche sur les protestants rebelles à son autorité. Sous le commandement de Rohan, les places protestantes sont plus que jamais déterminées à résister. Plus loin en Allemagne, la guerre de Trente ans déchire à nouveau les populations d’’Europe entre catholiques et protestants.

Le jeune roi tient à relever le défi. Désormais sans favori, il quitte Paris le jour des Rameaux, le 20 mars, pour une campagne de plusieurs mois qu’il est décidé à mener personnellement. Elle le conduit d’abord en Vendée où il défait l’armée de Soubise – le frère cadet de Rohan – puis met le siège à Royan, dont il s’empare le 16 mai. Après quoi il va remonter la Garonne pour un but incertain, sans rien dévoiler de ses intentions.

Après une halte à Moissac, il se retrouve le 7 juin à Villemade, à proximité de Piquecos où il s’était établi l’année précédente, pour y assister au passage de l’Aveyron par les six régiments et les 600 cavaliers réunis sous ses ordres. De là, voyant que les défenseurs de Montauban, retranchés derrière les remparts, ne cherchent pas l’affrontement, il préfère les éviter, contourner la ville et chercher des cibles plus faciles dans la vallée de l’Aveyron.

page1image60107536

Ce sera d’abord Nègrepelisse à laquelle il veut infliger une punition exemplaire : l’année précédente, ses habitants avaient taillé en pièces l’unité royale laissée en garnison. La vengeance du roi va être terrible, laissant ses troupes se livrer à un déchaînement de violence. Un massacre sans égal dans ces guerres civiles.

Puis l’armée royale se met en place autour de Saint-Antonin, dont le siège se prolonge durant une semaine, du 14 au 21 juin. Elle se heurte à la défense acharnée de la population, les femmes y compris. Dans un site accidenté, l’organisation du siège traîne en longueur, mettant à l’épreuve la patience du roi qui vient régulièrement de Caylus, où il réside, afin de suivre les opérations. Enfin la ville capitule, après des négociations où elle évite le pire moyennant le versement d’une lourde indemnité.

La prise de Saint-Antonin, en 1622, est un coup de tocsin pour venger l’affront subi à Montauban l’année précédente, en attendant la victoire sans appel du pouvoir royal.

Il reste à nous demander comment est utilisée – voire instrumentalisée – aujourd’hui cette histoire, et quelle peut être l’actualité de ces guerres civiles du passé. Comment les fractures qu’elles ont provoquées se sont- elles prolongées, comment ont-elles pu être guéries ? Comment la mémoire des guerres peut-elle éclairer un horizon de paix dans notre pays ?

Le colloque ouvert à un large public permettra de replacer ces événements locaux dans un cadre plus large, afin d’en situer la portée historique. Les communications prévues en aborderont les différents aspects.

PROGRAMME : (télécharger par ce lien : SAVSA, Colloque siège de st antonin_22_07_22)

Vendredi 22 juillet :

10 h 30 : Accueil ; introduction par Thierry Le Roy

11 h : Yves Krumenacker (Université Jean-Moulin Lyon 3) : 1622 : un protestantisme sur la défensive.

12 h : Pierre-Jean Souriac (Université Jean-Moulin Lyon 3) : Les huguenots face à la Couronne.

13 h – 14 h 30 : déjeuner libre

14 h 30 : Georges Passerat (Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne) : Nègrepelisse, un massacre sans merci.

15 h 30 : Guy Astoul (Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) : Saint-Antonin, une place stratégique entre Castres et Montauban.

16 h 30 : pause
17 h : Jean-Pierre Amalric : Louis XIII en campagne, de Nègrepelisse à Caylus.

18 h : 400 ans plus tard, que nous dit aujourd’hui cette histoire ? Table-ronde avec Jean- Pierre Amalric, Guy Astoul, Yves Krumenacker, Georges Passerat, Pierre-Jean Souriac.

Samedi 23 juillet matinée:

9 h 30 (départ Allées de la gare) : Excursion sur les sites-théâtres des sièges : Nègrepelisse, Caylus, Saint-Antonin-Noble-Val. Merci de confirmer votre présence par un mail à savsa82140@gmail.com

 917 total,  12 aujourd'hui

x

Check Also

Saint-Antonin au XIIIème siècle, de la tourmente à l’espoir, entre Simon de Montfort et Raymond VII  – Conférence-conversation de Michel Bonnet

Saint-Antonin au XIIIème siècle, de la tourmente à l’espoir, entre ...

Nègrepelisse : journée de commémoration des 400 ans du massacre de 1622

Cette journée est à mettre en relation avec le siège ...

Colloque (22 juillet 2022) : Saint-Antonin et Nègrepelisse prises par le siège en 1622

Vendredi 22 juillet (14 h) : colloque du 400e anniversaire des ...