Rapport d’une conférence sur Jean Boudou, écrivain occitan

Les élèves du cours d’occitan de la SAVSA de Muriel Vernières ont fait une belle sortie à Albi vers la fin mars pour une conférence sur Jean Boudou (Joan Bodon), durant laquelle nous avons eu le plaisir d’assister à une superbe adaptation théâtrale « un troç del camin » d’après le roman de cet écrivain occitan du siècle dernier « la grava sul camin », interprétée par Christophe Calmettes assisté de Muriel Vernières.

Ce fut un bien bel hommage, présenté devant une assemblée de spectateurs venus nombreux à cette émouvante et magnifique représentation, en présence de Jeanine Boudou, sa fille. Ce spectacle, interprété entièrement en langue occitane, retraçait avec beaucoup de poésie, mais aussi de gravité, le retour d’Henri Savignac, qui venait de passer deux longues années de sa vie prisonnier du Camp du STO de Breslau à Waldenburg en Silésie.

Tout au long de ces dix tableaux, nous pouvions revivre son périple jusqu’à la ferme familiale rouergate et les différentes étapes de son retour parmi les siens, mêlées de joie mais aussi d’interrogation sur le devenir des prisonniers et de l’Allemagne nazie.

Puis, nous avons eu le plaisir et l’honneur d’assister à une « table ronde » animée par quatre intervenants, spécialistes de l’œuvre de Jean Boudou, qui nous ont permis de découvrir pour certains ou de mieux connaître pour d’autres, la vie et l’œuvre de ce grand écrivain occitan, né en 1920 et disparu trop tôt à l’age de cinquante cinq ans, en 1975.

Un débat s’est instauré entre le public et Christophe Calmettes, qui venait d’interpréter avec brio et sincérité les dix tableaux d’ « un troç del camin », Rémi Benos, géographe et enseignant chercheur , Mathieu Grenet, historien et enseignant chercheur, ainsi que Muriel Vernières, formatrice en occitan et grande admiratrice de l’œuvre de Jean Boudou et Jeanine Boudou, fille de l’écrivain. Cet échange intéressant et instructif nous a permis de mesurer la valeur et l’importance de cet écrivain, dont certains prédisent qu’il aurait pu recevoir le prix Nobel de littérature, si la vie lui en avait laissé le temps.

A la suite de ce colloque, un délicieux goûter nous a été offert, suivi d’un concert. 

Cette belle manifestation a pu avoir lieu grâce à :

  • –  l’association « Université pour tous du Tarn »,
  • –  le centre universitaire « Institut national universitaire Champollion »,
  • –  l’association « scène nationale d’Albi – Tarn »,
  • –  la mairie d’Albi avec « Le retour du Jeudi ».

Que tous ces acteurs culturels en soient remerciés !

 74 total,  4 aujourd'hui