Accueil >>> Blog >>> Prochaine conférence (5 septembre) : la barque de Saint Antonin et la translation des reliques

Prochaine conférence (5 septembre) : la barque de Saint Antonin et la translation des reliques

Conférence proposée par  la Société des Amis du Vieux Saint-Antonin –  5 septembre

16 heures – 18 h  – Salle des congrès – mairie de Saint-Antonin – entrée libre dans le respect des normes sanitaires (masque)

< cul-de-lampe dans l’église de Saint-Antonin-Noble-Val : une représentation mal connue, mais visible dans la nef (Photo D. Perchet) 

A la recherche de cette barque, le voyage nous transportera de Saint-Antonin-Noble-Val à Toulouse et Pamiers : on peut voir dans la pierre, en vitrail, en archives plus de trente représentations de la barque transportant les reliques du saint et des deux aigles qui guident cette nacelle à Noble-Val. Dans le temps, cela va du Moyen-Âge aux temps actuels : la dernière barque repérée date de juin 2020 !

Une telle histoire ne vient pas par hasard : trois grandes parties permettront – espérons-le – d’en savoir plus :

  • d’abord, un petit rappel sur la recherche historique, les publications qui, du XVIIIe siècle à maintenant, traitent de cette barque.
  • Ensuite, le cœur de la conférence : la galerie d’images : sceaux, sculptures, vitraux, dessins, fresques, peintures, objets… La gamme est large.
  • Enfin, nous comparerons cette histoire à d’autres, car bien des saints ont voyagé en barque, accompagnés de miracles et ont été magnifiés par des abbayes, des sanctuaires. Que veut dire cette histoire ? C’est une des questions qui restent ouvertes car, entre le fait matériel (la voie navigable) et le symbole (naviguer à contre-courant), que d’interrogations ! 

Insistons sur un point : pour la première fois, le texte des Acta sanctorum septembrisécrit en 1746 par Jean Stiltingh (Stiltingus) 1703-1762, un des Bollandistes**. Cette recherche sur le saint a été traduite du latin au français par Marie José Perchet : un travail qu’on aurait dit autrefois de bénédictin (50 pages) mais là, en l’occurrence, s’imposait car indispensable quand on s’intéresse au lien entre Noble Val et Saint Antonin.

Enfin, pour compléter la conférence du 5, ajoutons que pendant et après la messe du dimanche 6, de 10 h 30 à midi environ, sera montrée dans l’église paroissiale la barque reliquaire – comme tous les ans pour la fête patronale – mais aussi, le médaillon de 1666 et une bannière de procession de 1900, exceptionnellement visibles. Que l’on soit croyant ou pas, cette « monstration » faite avec l’accord de la paroisse, vaut le déplacement.

* Au départ, il y avait un projet d’exposition sur ce même thème, projet que la pandémie de Covid19 a fait remiser : la conférence du 5 septembre deviendra une publication dans l’édition 2021 du Bulletin des Amis du Vieux Saint-Antonin.

< grande peinture marouflée dans le Chœur de la cathédrale de Pamiers, signée Bénezet (invisible actuellement à cause des travaux) Photo Wikicommons

** Un mot des Bollandistes :

à l’époque de l’écriture des Acta Sanctorum (1746), ils sont aux Pays-Bas (aujourd’hui à Bruxelles, https://www.bollandistes.org). Les Acta Sanctorum (Actes des Saints) forment une considérable collection de volumes consacrés aux saints de l’Église catholique, tentant de séparer les faits connus des légendes qui se sont attachées aux personnes. Suivant le calendrier liturgique, la publication des Acta Sanctorum commença, à Anvers, en 1643 sous la direction du jésuite Jean Bolland et s’arrêta en 1925 au premier tome du mois de novembre (fête du 10 novembre), juste avant la Saint Martin (certains disent que c’était trop compliqué de démêler le vrai du faux dans la vie de ce saint).

Ces publications s’inscrivent dans le contexte de la Renaissance catholique dont l’esprit moderne et curieux ne se satisfait plus de merveilleux miracles et légendes naïves. Chaque texte est précédé d’un commentarius praevius qui renseigne sur le culte du saint et en justifie la pratique.

Les textes sont en fac-similé via le site Gallica et en mode texte latin sur un site allemand. Mais beaucoup – la plupart en fait – de pages ne sont pas traduites, car autrefois, le latin se lisait a libro aperto à livre ouvert Le texte est long mais, de façon moderne, les 61 paragraphes sont précédés d’une phrase de résumé : ces phrases, mises bout à bout, donne un résumé de la thèse de l’ouvrage.

La traduction sera mise en ligne sur le site de doc.savsa.net : mot-clé pour tous les documents qui touchent au saint : [Antonin (saint)]

Dominique Perchet

 2,807 total,  2 aujourd'hui

x

Check Also

« Le brame du cerf » : images de la conférence d’Isabelle Cros

A titre de souvenir en attendant d’en avoir plus (images ...

Conférence du 5 septembre : la barque de saint Antonin : images et son

Souvenir de la conférence donnée par Dominique Perchet sur la ...

Conférence sur le brame de cerfs : un sujet d’actualité (l’automne) et une date (9 octobre) en plus

Conférence sur « les cerfs en période de brame », avec projection ...