Accueil / Actualités / Vendredi 23 août – 18 h conférence sur le maquis d’Ornano

Vendredi 23 août – 18 h conférence sur le maquis d’Ornano

La Société des Amis du vieux Saint-Antonin organise, le vendredi 23 août, à 18 h, une conférence sur le maquis d’Ornano, un moment de la résistance à Saint-Antonin.

Cette conférence sera présentée par Patrice CASTEL, professeur d’histoire. Une vidéo de l’association Vidéo-Quercy-Rouergue (AVQR) sera projetée. Elle aura lieu à la mairie de Saint-Antonin (salle des congrès).

23 août, conférence à Saint-Antonin – Le Maquis d’Ornano MPI : l’esprit de résistance à l’honneur
 

Extrait du livre livre « Le Maquis d’Ornano » édité par L’Amicale du Maquis d’Ornano

Dans son livre L’esprit de résistance (Seuil, 1995), Serge Ravanel (ancien chef régional des FFI) évoquait le fait que « la Résistance fut d’abord un combat pour des principes (le patriotisme, la liberté…), un combat d’hommes imprégnés d’un esprit de responsabilité à l’égard de la société » qui reste étonnamment d’actualité. A ce titre, une conférence, sera donnée à la Salle des Congrès de Saint-Antonin-Noble-Val, le 23 août, à 18h00, par Patrice CASTEL, Professeur d’histoire-géographie, afin de mettre en perspective l’épisode du Maquis d’Ornano MPI, entre histoire, mémoire et citoyenneté.

 
Composé d’une quarantaine de réfractaires au S.T.O. (Service du Travail Obligatoire), le maquis d’Ornano MPI (appelé ainsi en l’honneur du Lieutenant-Colonel Jean Colonna d’Ornano, parti du Tchad aux côtés du général Leclerc et tué lors de l’attaque de Mourzouq, en Lybie, le 11 janvier 1941)avait été créé, le 23 août 1943, afin de regrouper de jeunes patriotes qui avaient fait le choix de la clandestinité. Placé sous le commandement de la 4ème Compagne de l’Armée Secrète (A.S.) du Tarn-et-Garonne, le maquis d’Ornano occupa chronologiquement différents lieux de cantonnement, entre Penne et Saint-Antonin-Noble-Val (d’où les appellations « maquis de Penne », « MPI » ou encore « maquis de Cazals »). Il avait pour principale mission de réceptionner et dissimuler l’armement parachuté sur le terrain « Volcan » (plateau de Vinchet), homologué par les alliés, dont il devait assurer la sécurité. Les Halifax britanniques y apportaient, de nuit, leur précieuse cargaison, suite au message de personnel de la B.B.C. « Elle pleurait comme une fontaine ».
 
Or, dans la nuit du 21 mars 1944, alors que les maquisards récupéraient le matériel largué sur le terrain « Volcan », deux colonnes allemandes et de supplétifs, venues probablement d’Albi et de Cahors encerclèrent la forêt de la Garrigue et occupèrent les points stratégiques. Les assaillants, très supérieurs en nombre et utilisant de l’artillerie de campagne, avaient opéré un mouvement de tenailles et coupé les routes de repli qu’ils connaissaient, sûrement sur la base de renseignements précis et de dénonciations. Plusieurs défenseurs, placés aux postes de garde, perdirent la vie lors de cette attaque-surprise. Cependant, les premiers coups de feu alertèrent les maquisards et trente-cinq hommes parvinrent à fuir, selon le plan de décrochage prévu. Les Allemands déplorèrent une quarantaine de blessés et tués, du fait des tirs de saturation effectués, jusqu’à la dernière cartouche, par de jeunes maquisards qui s’étaient sacrifiés héroïquement pour fixer cette attaque sauvage et permettre à leurs camarades de se retirer en bon ordre. Les noms des victimes (Élie Labrousse, Albert Tritschler, Bernard Martel, Jean Granier, René Lartigue, André Rigobert) sont aujourd’hui gravés sur le monument commémoratif d’Ornano, qui témoigne de leur courage et rappelle que la liberté a été retrouvée au prix du sang versé.

 
x

Check Also

Compte rendu de la réunion “place des Moines” 22 octobre : transcription des prises de parole

SAVSA – Projet d’aménagement de la Place des Moines – Compte-rendu de ...