Accueil / Actualités / Revue de presse : Hommage à Georges Julien, l’archiviste de la commune

Revue de presse : Hommage à Georges Julien, l’archiviste de la commune

,

Hommage à Georges Julien, l’archiviste de la commune

Amis du vieux Saint-Antonin

De gauche à droite : Aline Julien, qui lit le texte d'André Vignoles, et Georges Cosnier, Thierry Le Roy, Georges Passerat, Patrick Mille, Emma Delzars.
De gauche à droite : Aline Julien, qui lit le texte d’André Vignoles, et Georges Cosnier, Thierry Le Roy, Georges Passerat, Patrick Mille, Emma Delzars.

Samedi, la société Les Amis du vieux Saint-Antonin a rendu hommage à Georges Julien (1919-1998) qui a été, tour à tour, instituteur, directeur d’école, président du syndicat d’initiative et de la société Les Amis du vieux Saint-Antonin, archiviste municipal, chercheur, animateur infatigable. Près de soixante-dix personnes attentives étaient réunies dans la salle des congrès pour écouter un beau plateau de membres ou d’invités venus parler de Georges Julien. C’est sa fille Aline qui a ouvert la série d’hommages en lisant un beau texte d’André Vignoles, qui n’avait pu être présent, occitaniste et passionné d’histoire médiévale comme lui. Puis ce furent les témoignages de collègues, Emma Delzars et Gilles Sicard, qui ont salué l’enseignant et le fondateur du collège, qui aimait le travail bien fait, exigeant envers lui-même et aussi envers les autres, rigoureux et dévoué corps et âme à son métier et à son école. Patrick Mille, un de ses élèves, a retracé avec émotion et avec les mots justes la vie à l’école, où les élèves faisaient le ménage, «Malou» Rauzet les repas de la cantine dans le sous-sol de l’école et lui les petits travaux d’entretien, ce qui ferait certainement bondir les parents d’élèves aujourd’hui, et de citer sa phrase qu’il aimait à répéter et que l’on pourrait qualifier de devise : «Volonté, courage et détermination sont plus importants que les moyens!». Patrick, c’est aussi le compagnon de route qui a construit, avec lui et sa femme Madeleine, le programme d’émissions radiophoniques de «Radio Noble-Val» sur l’histoire de la commune, qui est toujours disponible sur CD, et qui a plaidé pour que le nom de Georges Julien soit proposé pour la nouvelle école élémentaire en cours de construction. Georges Passerat, président de la Société d’archéologie et d’histoire de Tarn-et-Garonne, et Georges Cosnier, pour les Amis du vieux Saint-Antonin, ont évoqué son travail exceptionnel d’archiviste sur des archives municipales exceptionnelles.

Des archives accessibles

Mais cet hommage n’aurait pas été fidèle à l’esprit toujours constructif de Georges Julien s’il ne s’était tourné aussi vers l’avenir en explorant ce qu’est aujourd’hui le travail d’historien de Saint-Antonin-Noble-Val à partir de ses archives.

Ces archives sont à nouveau accessibles, désormais dans des conditions expliquées par le directeur des archives départementales, Jérôme Cras. Celles qui ont été transférées à Montauban concernent la période de l’Ancien Régime, très bientôt inventoriées et numérisées. La mairie de Saint-Antonin-Noble-Val a affecté un agent à la conservation et à la consultation des archives récentes qui sont restées. Deux historiens majeurs de la ville, Jean-Louis Laborie pour la période médiévale et Claude Harmelle pour la période moderne, ont exposé ce qui a été fait par Georges Julien et, après lui, par eux et par bien d’autres, et tout récemment encore, dans la thèse de Cécile Rivals, dont Thierry Le Roy, président des amis du Vieux Saint-Antonin, a présenté l’impressionnante historiographie. Loin de nous écraser sous le poids de cette histoire, cette évocation a montré ce qui reste à faire et doit valoir comme un appel aux vocations, des amateurs et des érudits comme des chercheurs.

x

Check Also

Une histoire ancienne (le legs Perret) et récente (l’école Perret) à Saint-Antonin : à découvrir et à enrichir…

Acquéreur comme bien national de l’abbaye de Beaulieu, Joseph Perret en fait ...