Accueil / Bibliothèque numérique / Le déclin économique de Saint-Antonin- Bulletin 1974

Le déclin économique de Saint-Antonin- Bulletin 1974

Le déclin économique de Saint-Antonin  – Bulletin 1974

On présente, sans commentaire, le tableau comparatif des divers artisans, commerçants et industriels de Saint-Antonin en 1914 (Premier nombre) et en 1974 (2* nombre).

(…) 

Est-ce le renouveau ?

Le tableau précédent dit brutalement la décadence économique de Saint-Antonin qu’illustrent depuis des années les trop nombreuses maisons fermées ou écroulées, les rues désertées, le calme pesant des matins et des nuits. Les nombreux « papillons » jaune vif de l’Agence Aveline fixés aux volets clos et aux portes aveugles sont comme des faire-part de décès et les visiteurs eux-mêmes en sont frappés.

Mais, depuis quelques années, on a vu s ’installer, non sans une ironique surprise pour certains, des jeunes citadins qui se sont faitspaysans dans des fermes du Causse. On a cru à un caprice, à une sorte de folie naturiste… Ils sont toujours là. avec leurs difficultés et leurs peines, mais aussi avec leur joie et leur détermination de rester.

Mais, cette année, on a vu s’ouvrir des ateliers d’artistes et d’artisans, jeunes hommes et femmes de la grande ville, assoiffés de lumière, de nature, d’air pur et de joie intérieure qu’ils pensent trouver ici, dans cette vieille cité qui couve ses souvenirs. Et la rue Droite a eu sa galerie de peinture, la place du Bioc ses ateliers de tissage, céramique et de cuir. Ce dernier, oh, surprise ! est resté longtemps ouvert encore après la fin de la saison,

Et le marché sous la halle n’a jamais été aussi vivant. Ces jeunes artistes, pleins de mérite et de talent, nous ont dit leurs difficultés et leurs espoirs au cours de la réunion tenue en fin de saison à l’initiative de Monsieur le Maire et chacun de nous a senti combien était nécessaire la réussite de leur entreprise courageuse,

Déjà, Madame et Monsieur NIGAUD ont décidé de s’installer chez nous définitivement, rue Droite, Ils sont maintenant Saint-Antoninois et Claude NIGAUD l’est doublement, puisque c’est à son talent et à sa générosité que nous devons la médaille d’honneur de notre ville qu’a frappée sa monnaie.

Déjà Madame et Monsieur RAMELLI, artistes eux aussi, ont passé l’hiver à Saint-Antonin. Il faut le faire ! Déjà les « papillons « jaunes de l’Agence Aveline se font moins nombreux. On apprend la vente de maisons qui attendaient un acheteur depuis des années. Ces jeunes « pionniers» ont entraîné leurs amis et connaissances à tenter, à leur tour, leur aventure, dans ce vieux pays qui, grâce à eux, pourra peut-être reprendre vie et jeunesse et retrouver la gaieté dans le travail et les fêtes.

Accueillons donc avec joie nos nouveaux concitoyens et aidons-les dans toute la mesure de nos moyens.

C’est peut-être le Renouveau !

Lire la suite dans le document téléchargeable  ;declin saint-antonin – bulletin 1974

x

Check Also

Conférence-débat : moulins et chaussées – 7 septembre 2019 : textes et audios

Accédez aux données qui ont été proposées lors de cette conférence débat. ...