Accueil / Actualités / Eglise de Saint-Antonin-Noble-Val : une peinture à redécouvrir après restauration

Eglise de Saint-Antonin-Noble-Val : une peinture à redécouvrir après restauration

A gauche dans le choeur, cette peinture à regarder de plus près

Le tableau complet et deux détails  : anges et chérubins

La base Midi-Pyrénées dit de ce tableau (daté de 1846) qu’il représente la Nativité de la Vierge.

http://patrimoines.midipyrenees.fr/index.php?id=369&notice=IM82002325&tx_patrimoinesearch_pi1%5Bstate%5D=detail_simple&tx_patrimoinesearch_pi1%5Bniveau_detail%5D=N3

Le peintre de l’original est Rivoulon Antoine. Pour découvrir ce peintre, cliquez ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Rivoulon

Commentaire : la dénomination du tableau laisse perplexe : en effet, le motif central du tableau représente le « coeur immaculé de Marie » et il faut replacer ce motif d’art sacré dans son contexte historique.

Wikipédia :  » dévotion au Cœur de la Vierge Marie, en tant que symbole de l’absolu de sa foi, de sa confiance et de l’accueil du Christ au plus intime de sa personne »

Cette dévotion est fondée sur la théologie mariale de saint Bernard, ainsi que les révélations privées à sainte Gertrude et à sainte Mechtilde et les visions de sainte Marguerite-Marie Alacoque au XVIIe siècle. Largement répandue par saint Jean Eudes au XVIIe siècle, cette dévotion est célébrée par l’ordre des Augustins et le diocèse de Rome dès le XIXe siècle. Pie VII accorde une « fête du Cœur Très Pur de Marie » à quelques églises, le dimanche de l’octave de l’Assomption, puis Pie IX renouvelle cette autorisation. Elle est finalement inscrite dans le calendrier liturgique universel. Le Sacré-Cœur de Marie est ainsi célébré le samedi de la troisième semaine après la Pentecôte, soit le lendemain de la solennité du Sacré-Cœur de Jésus, ainsi que le 22 août.

Depuis 1836, la dévotion au Cœur Immaculé de Marie est tout particulièrement célébrée dans la basilique Notre-Dame-des-Victoires à Paris.

Notons quà partir de 1090, l’abbaye de Saint-Antonin était placée sous la règle des Augustins. Faut-il faire un lien  entre cette dévotion portée par l’ordre et la commande du tableau ? L’hypothèse vaut qu’on s’y arrête quelque peu.

Commentaire ajouté par Dominique Perchet le 1 août 2017

x

Check Also

Hommage à Roger Beaumont (revue de presse)

Paru dans la Dépêche Le chantre de Brousses nous a quittés Roger ...