Accueil / Actualités / 30 septembre 2016 : Place des moines – résultats provisoires de l’enquête savsa

30 septembre 2016 : Place des moines – résultats provisoires de l’enquête savsa

L’enquête de la savsa avait fait état de 3 questions. Nous vous en donnons les conclusions avec les 38 réponses (complètes ou partielles).

Question 1 : Êtes-vous pour ou contre le maintien des balustrades actuelles ?

Réponses : 26 pour et 6 contre

Question 2 : Êtes-vous pour ou contre la création de places de stationnement supplémentaires au dépend de la future place des Moines ?

Réponses : 7 pour et 27 contre

Question 2b – Pour ou contre l’élargissement du boulevard des Thermes devant le place des moines et au dépend de celle-ci ?

Réponses : 11 pour et 20 contre – sans réponse 3

Question 3 : Êtes-vous pour ou contre la mise en valeur des vestiges archéologiques trouvés sous la place, par exemple sous la forme d’un marquage au sol ?

Réponses : 29 pour et 4 contre – sans réponse 1

Les conclusions officielles de la SAVSA seront publiées suite à notre CA (Conseil d’Administration du 14 octobre 2016).

——————————————————————-

Nous joignons quelques remarques obtenues suite à l’enquête. Ces propos sont donnés sous le couvert de l’anonymat.

Question 1 : Balustrades.

  • Il faut distinguer celles vers la rivière qui forment avec l’escalier des thermes un ensemble harmonieux : celles-là doivent être conservées.
    Pour la limite avec le Boulevard, elles sont plutôt nuisibles pour faciliter une circulation fluide vers la Place des moines rénovée. Leur présence explique sans doute pourquoi il y a très peu de promeneurs sur cette place à l’exception des boulistes
  • Les balustrades sont laides mais par quoi pourrait elles être remplacées?
  • Côté route : pas de balustrades. Côté rivière : balustrades métalliques permettant de garder la vue sur l’Aveyron
  • Une séparation physique ( ballustrades ou autres) entre la route et la place est nécéssaire à mon sens pour la sécurité des gens lors des manifestations pour les enfants et les grands distraits !!Lors du feu d’artifice cela permet aussi au comité des fêtes, en se plaçant aux entrées, de récolter une participation…Et surtout penser à mettre à la disposition des futurs utilisateurs des prises de courant à l’exterieur !!!!
  • POUR
  • Il faut profiter des travaux pour que la rivière soit vue depuis toute la place.Cela implique que la balustrade soit remplacée par une grille qui ne coupe pas la vue. Mais il faut conserver l’escalier, seul vestige intéressant de l’ensemble thermal et qui permet un accès agréable au bord de la rivière.
  • Il faut distinguer celles vers la rivière qui forment avec l’escalier des thermes un ensemble harmonieux : celles-là doivent être conservées.
  •  Les balustres sont d’un modèle propre à la ville de Saint-Antonin. La Mairie possède le moule nécessaire à leur fabrication.  Ils ne présentent pas un « charme fou ». Mais ceci est bien sûr subjectif. En revanche ces balustrades illustrent une époque bien précise pour Saint-Antonin, le début du XX° siècle, une volonté de développement du village,  avec les Thermes, l’hôtel  devenu cinéma…,  dans un style « art nouveau ». Dans cet esprit, les faire disparaitre est dommage. Introduire un autre modèle nuira à une certaine unité patrimoniale. Un autre argument, entendu, est de prétendre que ces balustres présentent un risque pour les petits enfants qui peuvent se glisser entre eux. Le ridicule ne tue pas, mais quand même !
  • POUR le maintien des balustrades actuelles
  • 1 – Sur le fond du débat, la démarche engagée repose sur deux hypothèses plus pou moins implicites:
    – La contrainte de la circulation routière vers le pont, en bordure de la place, ne changera pas. On a pu évoquer, dans le passé, des idées de modification des trajets de transit des poids lourds, voire un second pont routier en aval: aujourd’hui, à tort ou à raison, cette question n’est plus posée; il faut faire avec. cela ne doit pas vouloir dire, selon nous, que les suggestions audacieuses sont taboues, comme cette idée, entendue hors réunion, d’une passerelle piéton sur l’Aveyron pour inciter
    les automobilistes à se garer davantage sur la rive gauche…
    commentaire :
    la question d’écarter les camions de ce passage quasi Centre ville à St Antonin nous semble indument écartée, et on ne nous dit pas les données ou les sondages ou mesures de trafics qui ont pu étayer ce choix de “ne rien faire”.
    Pour nous, en effet, la création d’une passerelle d’env. 2m 50 de large, type légère à tablier de bois (cf ponts des arts Paris…) devrait être sérieusement envisagée :
    soit accolée au pont actuel, côté amont pour ne pas gêner la vue traditionnelle côté aval et miroir d’eau, en disposant des 3 têtes de piles du pont et des culées sur les rives comme appuis. Un exemple intéressant d’une telle passerelle a été réalisé à Toulouse, en bordure du mur de la Grave pour rejoindre le jardin des Abattoirs.
    soit franchement indépendante , en aval, par exemple d’un seul trait (suspendue, à haubans, genre pont de lianes … !!! ) entre le lavoir rive gauche et l’arrière de la maison de retraite … ce qui pourrait avoir une certaine allure …
    En tt état de cause, les automobilistes-piétons seraient alors encouragés à laisser leur voiture en RG. et le pont cesserait d’être un casse tête pour les piétons ! – Suis pour les suppressions des deux balustrades , très moches … et qui ne servent qu’à gâcher la vue sur la rive gauche ou sur la place quand on se retourne. Remplacer par des éléments marquant les limites, transparentes ou en simples poteaux métalliques.

Question 2 : extension des stationnements des automobiles.

  •  la rénovation de la place n’est pas faite pour accroitre le stationnement automobile mais pour en faire un lieu de vie et de convivialité .Tous les places de stationnement  actuelles doivent être limités -moins de 20 mn- ; et des  PV appliqués pour les voitures ventouses entre 8h et 18h.Plus généralement les blocages de camions au débouché de pont sur l’Aveyron et la circulation des piétons-voitures d’enfants, etc,.. sur le pont… sont des problèmes plus importants pour Saint Antonin que l’accroissement du stationnement automobile le long de la place des moines
  • Non absolument a l’élargissement de la rue des Thermes au détriment de la place. La question du stationnement a St Antonin est un problème et il faudrait trouver une solution  maintenant que de nombreux parkings ont été supprimes sur les places.
  • Oui, en épi.
  • Ce boulevard est un endroit où se croisent régulièrement des camions et de toute façon ils passeront par là pour rejoindre Albi et franchir le seul pont du secteur donc oui à un élargissement de la voirie (certains passent sur le trottoir pour se croiser) l’endroit où le stationnement devrait être interdit est au virage à l’entrée du pont !!Pour le stationnement : il faut penser à la pharmacie qui est déjà en difficulté par la présence que d’un seul docteur, si en plus les clients ne peuvent pas stationner facilement aux alentours ils partiront à Caylus où la pharmacie se trouve à coté des médecins (je sais certains ont déjà franchi le pas mais pensez à ceux qui privilégient encore st Antonin …!)
  • CONTRE d’autres stationnements. Pour ou contre l’élargissement du boulevard des Thermes devant la place ? Il est vrai que c’est un gros casse tête pour  poser son véhicule pendant les vacances mais il serait peut être possible de trouver des emplacements ailleurs au lieu de sacrifier ce boulevard et cette place.
  • Il faut conserver la place mais on peut envisager un stationnement perpendiculaire à la rue en supprimant le trottoir et la balustrade. Un buttoir suffit pour que les voitures  n’avancent pas sur la place et le passage piétons se fait  devant les voitures. On gagne quelques places de stationnement. Il est nécessaire de prévoir un aménagement paysager, mais il serait appréciable de prévoir un WC public. Élargissement de la route :Cela permettrait de dégager la vue sur la salle des fêtes et le presbytère mais sans doute  au détriment de quelques places de parking, Les parents des élèves de l’école maternelle ne seront surement pas d’accord !!!Par contre, c’est peut être l’occasion pour demander une interdiction de passage pour les poids lourds en transit ?
  • Pour la limite avec le Boulevard, elles sont plutôt nuisibles pour faciliter une circulation fluide vers la Place des moines rénovée. Leur présence explique sans doute pourquoi il y a très peu de promeneurs sur cette place à l’exception des boulistes ? Extension des stationnements des automobiles: la rénovation de la place n’est pas faite pour accroitre le stationnement automobile mais pour en faire un lieu de vie et de convivialité. Tous les places de stationnement  actuelles doivent être limités -moins de 20 mn- ; et des  PV appliqués pour les voitures ventouses entre 8h et 18h. Plus généralement les blocages de camions au débouché de pont sur l’Aveyron et la circulation des piétons-voitures d’enfants, etc,.. sur le pont… sont des problèmes plus importants pour Saint Antonin que l’accroissement du stationnement automobile le long de la place des moines
  • Je suis opposé à la création de places de parking supplémentaires sur la future Place des Moines.   Je pense même qu’on pourrait utilement supprimer celles qui encombrent la chaussée et nuisent à la sérénité. Un trottoir plus large améliorerait le confort des promeneurs
  • CONTRE l’élargissement du boulevard des Thermes devant la place.
  • Les stationnements de voitures tout le long de la voie : pourraient peut être être mieux placés sur le côté nord du boulevard des thermes, dégageant vraiment le trottoir actuel, et le rendant même inutile, avec une limitation de vitesse en conséquence …

Question 3 : trace matérialisée des limites de l’Abbaye.

  • si c’est faisable, l’idée est judicieuse, mais est-elle compatible avec un monument qui était sans doute beaucoup plus étendu que la Place des moines, (vers la maison de retraite ?)
  • Oui aux marquages pour signaler  les vestiges
  • Oui
  • CONTRE je n’en vois pas l’utilité.
  • En dehors des vestiges de la chapelle de l’abbaye, déjà repères, je ne pense pas que l’on soit susceptibles de faire d’autres découvertes puisque la place est sur l’emplacement de l’ancien cimetière et, côté Aveyron, il y avait un passage pour la surveillance des remparts. Un marquage au sol de ces vestiges ne me parait pas d’un grand intérêt.
  • Trace matérialisée des limites de l’Abbaye: si c’est faisable, l’idée est judicieuse, mais est-elle compatible avec un monument qui était sans doute beaucoup plus étendu que la Place des moines, (vers la maison de retraite ?)
  • Dans ce village d’histoire, la mise en valeur du passé et de ses vestiges est une bonne idée. J’y souscris. Sur la Place, l’édicule qui abrite la fontaine est laid
  • POUR la mise en valeur des vestiges archéologiques trouvés sous  la place , sous la forme d’un marquage au sol
  • Oui a tous les aménagements végétaux, car la place actuelle est écrasée de soleil…
    – Si on doit faire des fouilles intéressantes, ne serait-il pas opportun de prévoir d’intégrer alors un (ou 2 étages ?) de parkings de voiture sous la place ?
    – Oui au marquage au sol futur de la place des éléments historiques à remémorer.
    – oui aussi à l’accès piéton de la rampe côté hôtel à l’est.
    – Non à la symétrie : qui ne représente rien sinon elle-même.
    Bien au contraire , organiser la place avec à l’est près de la rampe, une zone en gravier pour les chers Boulistes !!!
    Puis au milieu une aire d’accès transversale dallée et de même tout le reste du terre plein dallé jusqu’à la façade du bâtiment des anciens Thermes. Cet espace pourrait alors être utilisé par tous les autres usagers, les jeux d’enfants, repos et contemplation sur un banc, kiosque et café buvette, ou fêtes – bal du 14 juillet … Quand à l’escalier, le terme même de monumental exprime une certaine “enflure” qu’on devrait éviter si on le restaure : le restaurer si possible sans les rampes énormes comme actuellement.

 

x

Check Also

Une histoire ancienne (le legs Perret) et récente (l’école Perret) à Saint-Antonin : à découvrir et à enrichir…

Acquéreur comme bien national de l’abbaye de Beaulieu, Joseph Perret en fait ...