Accueil / Actualités / Ne loupez pas la conférence du 4 août 2017 : 1906 – Inventaire des biens de la paroisse de Saint Antonin – par Dominique Perchet

Ne loupez pas la conférence du 4 août 2017 : 1906 – Inventaire des biens de la paroisse de Saint Antonin – par Dominique Perchet

Société des Amis du Vieux Saint-Antonin

cycle des conférences 2017 

4 août 2017 – 18 heures – salle des congrès de la mairie – entrée libre

Dominique Perchet

SÉPARATION DE L’ÉGLISE ET DE L’ÉTAT – INVENTAIRE DES BIENS DE LA PAROISSE DE SAINT-ANTONIN

 

26 janvier 1906 :

l’État frappe à la porte de l’église

Après le vote de la loi de séparation des Églises et de l’État en décembre 1905, l’État a lancé début 1906 l’inventaire des biens du clergé dans les 38 000 édifices cultuels de France. Des affrontements violents ont eu lieu dans les régions les plus catholiques de France. À Saint-Antonin, l’inventaire conduit par le receveur des Domaines s’est déroulé dans un climat que l’on pourrait qualifier de cohabitation musclée. Le document permet de voir comme se sont passés ces quelques jours, (26 janvier-1er février), les relations tendues entre le curé, les membres de la Fabrique d’une part et l’État, représenté par Édouard Escande d’autre part. Il permet de découvrir, par le menu, ce qu’est le patrimoine d’une paroisse dans un bourg rural important (3 000 habitants à l’époque), puisque l’inventaire (21 056,50 F pour le mobilier) n’omet rien, du maître-autel à l’épée du Suisse, de l’orgue Puget à la clochette de l’enfant de chœur.

 

Enfin, en élargissant le champ de vision, il nous plonge dans le grand psychodrame de la Querelle des inventaires : le pape Pie X était entré en résistance contre la République accusée de laïcisme. Le curé Ludovic Valet, la Fabrique, le receveur Escande tiennent leur rôle : il faudra attendre le traumatisme de la Grande Guerre pour que les esprits s’apaisent et qu’une solution se profile avec Benoît XV.


L’église de Saint-Antonin décorée pour la fête de Jeanne d’Arc en 1909 : le bâtiment a été estimé à 7 085 francs par le receveur Escande.

 

Combien vaut la tenue du Suisse ? 78,50 francs

À titre de comparaison, le salaire journalier oscillait à l’époque entre 8 et 10 francs. L’indemnité de repas donnée aux auxiliaires qui auraient pu accompagner les receveurs dans leur mission était fixée à 2,50 francs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Suisse (détail d’une photo prise en 1901 à l’occasion de la bénédiction de la Vierge de Lourdes à St-Antonin).

 

 

 

x

Check Also

19 août au 31 octobre 2017 – Exposition Amélie Galup – Eugène Trutat

« Une exposition sur Amélie GALUP et Eugène TRUTAT à Saint-Antonin à partir ...